Il ne faut pas se satisfaire de donner de l'argent ; l'argent n'est pas assez, car on peut en trouver. C'est de nos mains que les pauvres ont besoin pour être servis, c'est de nos cœurs qu'ils ont besoin pour être aimés. La religion du Christ est l'amour, la contagion de l'amour.
Ceux qui peuvent s'offrir une vie aisée ont sans doute leurs raisons. Ils peuvent l'avoir gagnée par leur travail ; je ne suis en colère que devant le gaspillage, devant ceux qui mettent aux ordures ce qui pourrait nous être utile. La difficulté, c'est que bien souvent les riches, ou même les gens aisés, ne savent pas vraiment ce que sont les pauvres ; c'est pourquoi nous pouvons leur pardonner, car la connaissance ne peut que conduire à l'amour, et l'amour au service. C'est parce qu'ils ne les connaissent pas qu'ils ne sont pas émus par eux.
J'essaie de donner aux pauvres, par amour, ce que les riches pourraient obtenir par l'argent. Certes, je ne toucherais pas un lépreux pour un million ; mais je le soigne volontiers pour l'amour de Dieu. 

Sainte Teresa de Calcutta (1910-1997), 

 

En ce mois de Février où nous avons fêté Notre Dame de Lourdes et Sainte Bernadette, je vous propose de (re)découvrir l'histoire étonnante de ce haut lieu de pélerinage qu'est la ville de Lourdes.

En 732, Charles Martel, le grand-père de Charlemagne, avait battu les Arabes musulmans appelés les Sarrasins, à Poitiers. Les Sarrasins, en effet, voulaient aller jusqu’au centre de l’Europe, à partir des terres occupées en Espagne, en traversant la France. À peine 50 ans plus tard, les Sarrasins réattaquaient à partir des Pyrénées et occupaient Lourdes avec son château fort (photo). Alors, le petit fils de Charles Martel, Charlemagne, vénéré comme saint en Allemagne, envoya ses garnisons à Lourdes pour faire le siège et affamer l’occupant sans détruire la ville de Lourdes. Pendant ce temps, son ami et neveu, l’archevêque Tilpin (753-802) qui accompagnait Charlemagne dans cette expédition, négociait la paix avec le chef Sarrasin Mirat. Nous sommes en 778.

Charlemagne, lassé par la résistance opiniâtre du Seigneur sarrasin Mirât occupant la citadelle de Mirambelle s’apprête à lever le siège lorsque Tilpin, évêque du Puy-en-Velay, a une inspiration et obtient l’autorisation d’aller parlementer avec l’assiégé.

Il propose à Mirât de se rendre, non pas au souverain, mais à la Reine des cieux !

Tilpin négocia avec le chef musulman et lui dit:

– Je comprends bien que tu ne veuilles pas te soumettre à un roi de la terre, mais je te propose de te soumettre à la Suzeraine des cieux, qui est aussi celle de la France, la Très Sainte Vierge Marie, Mère de Dieu. Ainsi tu pourras garder la ville de Lourdes, mais en rendant tes armes et en devenant un prince pacifique de la Très sainte Vierge Marie.

Mirat, le chef musulman, fut tellement impressionné par la proposition de l’Archevêque Tilpin, qu’il se convertit et transforma Lourdes en ville mariale.C’est lui qui, l’aurait appelée Louerda, ou « Rose » en langue arabe.
Mirat serait même allé jusqu’à la Vierge Noire, Notre Dame Roses, au Puy, pour rendre hommage et se soumettre à la Suzeraine de France, la Vierge Marie. C’est ce nom qu’il aurait choisi lors de son propre baptême !

Que Notre Dame de Lourdes nous bénisse !