L'Esprit Saint est un « fleuve de feu » (Dn 7,10), un feu divin. Comme le feu agit sur le fer, ainsi ce feu divin agit sur les cœurs souillés, froids et durs. Au contact de ce feu, l'âme perd peu à peu sa noirceur, sa froideur, sa dureté. Elle se transforme toute à la ressemblance du feu qui l'embrase. Car si l'Esprit est donné à l'homme, s'il lui est insufflé, c'est pour le transformer à sa ressemblance, autant que c'est possible. Sous l'action du feu divin, l'homme se purifie, il s'échauffe, il se liquéfie, il arrive à l'amour de Dieu, selon ce que dit l'apôtre Paul : « L'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l'Esprit Saint qui nous a été donné » (Rm 5,5). 

Saint Antoine de Padoue (v. 1195-1231), franciscain, docteur de l'Église 

Elle a vécu soixante ans cachée dans le silence de son monastère. Elle s'est plongée avidement dans la recherche de Dieu. Elle l'a rencontré surtout dans la Parole et dans les sacrements, mais aussi dans le tissu quotidien de sa vie de travail et des relations. avec les soeurs de sa communauté. Coupée du monde elle s'est faite solidaire de ce monde et l'a porté dans sa prière, pour que le Seigneur l'éclaire et le sauve c'est bien une vocation apostolique qu'elle a vécue jusqu'au bout.

Après sa mort (en 1994), on a découvert des cartons emplis de petits papiers qu'elle écrivait depuis plusieurs années. Elle y notait ses réflexions, et surtout le fruit de sa méditation sur le texte biblique qui lui était donné chaque semaine par son confesseur.

Elle accueillait cette Parole comme un cadeau du Seigneur, un trésor où elle puisait le sens de sa vie spirituelle. Ce n'était pas de l'exégèse, mais une lecture amoureuse de cette Parole vivante, qu'elle ne cessait de ruminer, selon le mot de la tradition monastique. Elle a gardé ces papiers dont personne n'avait connaissance. Ils n'étaient certainement pas destinés à être publiés. Leur authenticité n'en est que plus frappante. Les courtes méditations bibliques expriment une confiance et un abandon qui n'ont rien de désuet, un peu dans le style de Thérèse de Lisieux luttant dans l'épreuve à la fin de sa vie.

Son frère, le Père Raymond Girard, que peut-être certains ont connu quand il était curé de la paroisse Notre Dame de la Paix à Montpellier, avait choisi quelques-uns de ces papiers pour en faire un livre : la Parole Ruminée qui n'est plus édité aujourd'hui.

Je vous propose de découvrir quelques pages de cet ouvrage, c'est un véritable trésor ...

Vous pouvez aussi nous contacter pour nous faire part d'une remarque, d'une erreur de transcription ou simplement manifester votre intérêt pour cette nouvelle rubrique